Le community manager est aux commandes du train qu’il lance sur les voies du Web Social. Le lancement d’une communauté exige un minutieux travail de préparation de la machine pour éviter tout déraillement…

 

Pour faire le bilan de mes 2 semaines de formation au community management, j’ai envie de vous parler de conducteur de train, de chef de gare, de mise en place du train, de wagons et d’horaires de passage. Vous pensez que je déraille ? Lisez la suite, c’est pire…

Community manager sur les rails

Le CM, conducteur de train polyvalent

Ma mission, dès la semaine prochaine, consiste à lancer mon entreprise sur les voies du Web Social. Logique donc de me former pour être un bon conducteur de locomotive ! Voici le travail qui m’attend avant le lancement du train:

  • M’entretenir avec le chef de gare d’entreprise et son équipe pour définir les attentes, objectifs et moyens alloués à cette mise sur les rails
  • Faire un audit de la machine via une analyse de la présence web existante
  • Travailler sur les valeurs que nous souhaitons véhiculer afin d’accrocher les bons wagons.
  • Identifier les gares communautés concernées par nos trajets
  • Me munir des bons outils pour optimiser la machine et mon travail de conducteur (outils de veille, outils de travail collaboratif)

Une locomotive sans wagon, bof bof, il va donc falloir accrocher et aménager les wagons de notre présence, traduction: choisir les réseaux et média sociaux adaptés à notre plan de ligne.

Le community manager est au micro

Après cette phase de préparation, il restera encore à travailler sur les messages à diffuser en gare et dans le train via la ligne éditoriale (style, ton, contenu). Mieux vaut en effet préparer les « annonces » pour éviter de bafouiller au micro. Un message qui grésille peut avoir de lourdes conséquences sur notre image et engendrer la descente prématurée de certains passagers !

Comme vu lors de la formation, il est primordial de s’engager sur des horaires (coucou la SNCF). Dans cette optique le travail de veille est un bon moyen pour ne pas prendre un train de retard. Et pour satisfaire nos passagers (fédérer la communauté), outre des services à bord de qualité, la construction d’un planning des publications et l’instauration de rituels (horaires précis de passage en gare) sont indispensables.

 

Espérant que vous avez effectué un agréable voyage, je vais arrêter là ma tentative d’allégorie sur les méthodes de lancement d’une communauté. Continuer lourdement sur cette voie serait prendre le risque d’être pénalisée par le contrôleur pour mauvais billet…